Troisième dose de vaccin Covid-19 : voici comment ça se passe


Deux mois après l’annonce d’Emmanuel Macron, l’injection de la troisième dose de vaccin Covid-19 pour une partie de la population démarre ce lundi 13 septembre en France. L’Ehpad (hébergement pour personnes âgées dépendantes) est l’un des premiers à mener cette campagne de rappel auprès de ses résidents.

18 millions de personnes ont été touchées

L’injection de cette troisième dose touche près de 18 millions de Français, selon les estimations du ministère de la Santé en BFMTVLa limite initiale avait été fixée à 80 mais la Haute autorité de santé (HAS) l’a abaissée à 65, selon un avis rendu le 24 août.

A cette tranche d’âge s’ajoutent les résidents des maisons de retraite, les personnes qui souffrent de comorbidités et sont susceptibles de développer une forme sévère de la maladie. Une liste des personnes éligibles est établie par le Vaccine Strategy Orientation Council (COSV) et peut être consultée en ligne.

Selon la direction générale de la santé, 300 000 troisièmes injections ont déjà été pratiquées depuis le 1e Septembre.

Les maisons de repos ont été les premières à injecter cette troisième dose

La campagne de rappel de vaccination Covid-19 a déjà commencé dans les Ehpad en France depuis quelques jours. Selon les données de Santé publique France, 92,5% des résidents ont déjà reçu la première dose et 89,9% la seconde. La première campagne de vaccination a été lancée en décembre 2020 dans ces structures.

A partir du 30 août, la direction de ces établissements peut commander des acomptes pour cette nouvelle campagne sur une plateforme du ministère. La limite est fixée à un maximum de 20 flacons, soit 140 doses au total. Il a été établi en tenant compte du nombre moyen d’habitants par structure, qui est de 80. Il est donc possible de vacciner tout le monde en une seule séance, même leurs proches de plus de 65 ans avec le surplus.

Voir aussi : VIDÉO. Covid-19 : la 3e dose de vaccin pour tous n’est pas justifiée, selon l’OMS

Offrir une “protection maximale”

« Toutes les installations sont prêtes à participer à cet exercice dans les quatre prochaines semaines. Aucune difficulté significative n’est relevée dans ce troisième volet.” , explique Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale de Synerpa, la première association de maisons de repos privées lucratives dans ses colonnes Monde Le but est d’assurer “Protection maximale” résidents de l’EHPAD, a rappelé le 8 septembre Brigitte Bourguignon, ministre déléguée en charge de l’autonomie, clôturant les dossiers des Ehpad.

Pour ce troisième versement, le consentement verbal du résident ou de sa famille (si la communication est impossible) sera obtenu auprès de la direction de l’EHPAD. Un examen médical sera également effectué.

D’ici quatre semaines, les quelque 610 000 résidents devraient avoir reçu cette troisième dose pour ce blitz, s’il y a suffisamment de soignants pour faire ces injections dans ce laps de temps. Vient ensuite la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière.

Quels vaccins sont concernés ?

Cela ne s’applique qu’aux vaccins à ARN messager, c’est-à-dire aux produits de Pfizer / BioNTech et Moderna, y compris les personnes ayant reçu une première injection d’AstraZeneca ou de Janssen. En outre, « Une personne qui a été vaccinée pour la première fois avec le vaccin Comirnaty [de Pfizer-BioNTech] peut recevoir une dose de rappel avec le vaccin Comirnaty ou le vaccin Spikevax [de Moderna] indifférent, et vice versa “, souligne l’HAS.

Le gouvernement avait déjà précisé que les deux vaccins étaient “Échangeable”, ce qui est donc confirmé par les autorités sanitaires.

Par ailleurs, la HAS recommande d’injecter cette troisième dose en même temps que le vaccin contre la grippe saisonnière. « Une seule personne est éligible pour les deux vaccins. La plupart des publics prioritaires pour la vaccination antigrippale présentent également un risque de formes graves de Covid-19. “

Il faut six mois entre le deuxième et le troisième versement

Si les personnes de plus de 65 ans peuvent prendre rendez-vous du 1e En septembre pour une troisième dose, ils doivent cependant respecter le semestre entre la deuxième et la troisième injection du vaccin (ou entre la première et ce rappel si vous avez été infecté par le virus). Jean Castex l’a annoncé le 26 août à RTL Les

Lire aussi : Pouvez-vous perdre votre carte de santé si vous refusez de prendre la troisième dose du vaccin Covid ?

Pour ceux qui ont reçu une dose de Janssen, ils pourront recevoir ce rappel vaccinal après au moins quatre semaines, explique la HAS.

Une fois cette troisième dose prise, la carte sanitaire est bien entendu toujours valable. Mais au lieu d’afficher “vaccin 2 sur 2”, il dira “vaccin 3 sur 3”.

Comment prendre rendez-vous pour ce rappel vaccinal ?

Le Premier ministre, Jean Castex, a déclaré ce matin, lors d’un déplacement dans un Ehpad de Clamart (Hauts-de-Seine) que le “5 millions de plus de 65 ans” éligible à ce troisième versement “Il peut prendre rendez-vous et déjà le recevoir.”

Pour les personnes de plus de 65 ans et les personnes présentant des comorbidités, le principe est le même que la précédente campagne de vaccination pour obtenir ce rendez-vous. Ils peuvent se connecter à des plateformes comme Doctolib ou appeler un centre de vaccination. Cela peut aussi être fait passant par puis prenez rendez-vous avec votre médecin ou votre pharmacien.

Une troisième dose pour une protection plus efficace

Si la HAS avait des réserves sur cette troisième dose, elle l’a finalement recommandée. Selon elle, l’autorité sanitaire clarifie cette “Données d’efficacité [vaccinale] “Les essais cliniques à long terme sont encore très limités.” Mais la prévalence de la variante Delta sur le sol français a quelque peu réorganisé les journaux.

Sa résistance au vaccin, notamment en termes d’infections et de formes symptomatiques du virus, souligne l’importance d’une large couverture vaccinale. D’autant plus que l’avis de la HAS le précise mais “Efficacité contre les formes graves [reste] à un niveau élevé, quel que soit le vaccin administré”.

Les seniors sont encore plus touchés par cette perte d’efficacité, comme le rappelait le Premier ministre Jean Castex lors d’une visite dans un Ehpad de Clamart lundi matin : “La vaccination fonctionne, mais on sait, surtout pour les plus vulnérables, que l’efficacité de ce vaccin diminue avec le temps, et notamment l’immunité des personnes concernées.” a-t-il déclaré dans une déclaration aux journalistes.

Vers un troisième volet pour le grand public ?

Pour l’instant, aucune décision n’a été prise. Cependant, la HAS précise dans son avis que “L’administration d’une dose de rappel deviendra probablement possible dans les prochains mois, sans qu’il soit possible à ce stade de se prononcer de façon précise, ni pour la population cible ni pour le calendrier.” C’est déjà le cas dans d’autres pays comme Israël où cette troisième dose est possible dès l’âge de 12 ans ou aux Etats-Unis où elle aura lieu huit mois après la deuxième dose.

Jean-François Delfraissy, Président du Conseil scientifique, a également évoqué cette troisième tranche pour “Une grande partie de la population” dans une interview sur France 2, mercredi 25 août pour “Re-stimuler la réponse immunitaire au vaccin”Les

Laisser un commentaire