Salaire minimum d’Hidalgo, million de Zemmour, aveu de Macron







© Copyright 2021, L’Obs


A 151 jours du second tour de la présidentielle, ce sont des salaires, des millionnaires et des Guadeloupéens en colère.

Retour à Whirlpool

L’usine de Whirlpool a été le théâtre d’un duel surprise entre Marine Le Pen et Emanuel Macron lors des tours de mi-mandat de la présidentielle de 2017. Tous deux avaient promis de sauver des emplois.

Le projet est maintenant terminé. Emmanuel Macron est retourné à Amiens pour voir les anciens salariés de Whirlpool. “Parfois on avait un collectif”, a admis le président lors d’une réunion matinale dans un café du centre-ville. “Parfois ils nous prenaient pour des imbéciles”, leur a-t-il également dit, évoquant la succession de faillites des repreneurs de cet espace industriel, où il s’est rendu à plusieurs reprises depuis 2017, assurant à chaque fois que l’espace pourrait être redémarré. Trois licenciements à partir de 2017 et la défaillance de deux repreneurs ont été vécus par d’anciens séchoirs. “Je suis impliqué avec toi. Ce n’est pas votre échec. C’est leur échec”, a fait valoir le président.

Zemmour guérit les millionnaires

Qu’est-ce qu’un homme riche ? Cette fois, c’est Eric Zemmour qui trébuche. Avoir une maison à plus d’un million d’euros, “Ce n’est pas ce qu’on appelle riche”, a-t-il déclaré lundi à franceinfo. Le guerrier a été interrogé sur la taxe foncière. “Une taxe de confiscation”, selon lui.

L’ISF a été remplacé par l’IFI (Taxe Immobilière, PDF) à payer au-delà de 1,3 M€ d’immobilier (1,9 M€ si l’on prend en compte la résidence principale, qui bénéficie d’un abattement de 30%), après déduction faite des crédits courants. “Souvent, ce ne sont pas des gens très riches, ils ont juste un appartement à Paris”, considère le quasi-candidat. « 1,3 million à Paris, c’est 100 mètres carrés. Ce n’est pas ce qu’on appelle riche. ” Il demande donc que la résidence principale soit déduite de l’assiette servant au calcul de l’IFI.

Et pourtant, selon l’Insee, un héritage de 1 745 800 euros suffit à faire partie du ménage des 1 % les plus riches des Français.

En homme qui aime la polémique, Eric Zemmour doit savoir que cette question est mise à mal : en 2006, c’est François Hollande qui a été moqué pour avoir lancé “Je n’aime pas les riches”, puis, début 2021, c’est François Bairou qui a été arrêté car il avait indiqué qu’à 4.000 euros, « Nous sommes dans la classe moyenne.

Vidéo : Hidalgo confronte Zemmour sur ses propos sur Pétain (Le Figaro)

Hidalgo confronte Zemmour à propos de ses propos sur Pétain

PROCHAINE VIDÉO

PROCHAINE VIDÉO

Êtes-vous riche? Une question à 3 470 euros !

Hidalgo prend en charge les smicards

S’il est un sujet sur lequel le clivage droite-gauche garde tout son sens, c’est bien celui du salaire minimum. En témoigne l’annonce faite par Anne Hidalgo dans une interview accordée aux “Dernières Nouvelles d’Alsace”. La candidate du Parti socialiste a fait de l’augmentation du salaire minimum l’une de ses priorités. “Je vais commencer par un ajustement du SMIC et des bas salaires de 15%”, dit-il, impatient de répondre aux inquiétudes des Français concernant leur pouvoir d’achat. Cela équivaudrait à une augmentation du salaire minimum de 1 258 € net à 1 446 € net, soit une augmentation de près de 190 €. « Le travail est au cœur de mon travail car il touche l’ensemble de la société : pouvoir d’achat mais aussi écologie, école, hôpital., insiste celui qui veut augmenter les salaires des enseignants.

La veille, c’est le candidat communiste, Fabien Roussell, qui a mis la hausse des salaires au centre de son discours. Il propose un salaire minimum de 1 500 euros net. Du côté des “révolutionnaires”, Jean-Luc Mélenchon veut relever le SMIC à 1 400 euros net – une augmentation d’un peu plus de 10 %, à l’instar d’Arnaud Montebourg. Le curseur n’est pas placé à la même hauteur mais l’ambition est commune. Qui a dit que la gauche ne parvenait pas à s’entendre ?

+ 11 % pour Mélenchon, + 15 % pour Hidalgo… La hausse du SMIC, cet indice de gauche

Valérie Pécresse, “Dame de la Création”

Le patron de la région Ile-de-France espère toujours battre ses rivaux dans la candidature des Républicains à la présidentielle. Pour cela, il s’appuie sur sa ligne dure, le support des sarcophages et les nouveaux abonnements. Charlotte Cieslinski dresse le portrait de ce Versailles de 54 ans, dont la candidature a été longue à imprimer.

“Je suis la dame de la fabrication” : comment Valérie Pécresse entend s’imposer à la conférence LR

Macron se méfie de la Guadeloupe

L’exécutif suit de près l’évolution de la crise en Guadeloupe. La situation est “Très explosif”, a reconnu Emanuel Macron ce lundi 22 novembre en marge d’un déplacement à Amiens. L’île est secouée par un mouvement de protestation contre la carte sanitaire et l’obligation de vacciner les soignants, qui a dégénéré en violences civiles. Mais le chef de l’Etat ne veut pas spécialement être tenu pour responsable. L’augmentation de la violence est “Lié à un contexte très local”, Il a « Tension historique » comme “Certains intérêts qui cherchent un peu à utiliser ce contexte et à stresser”, a-t-il souligné.

Une façon de désamorcer les attaques de ses adversaires. “Nous avons besoin d’une réponse sécuritaire”, car « Des émeutes, quelques fauteurs de troubles […]barrages routiers, pillages “, est “Déconnecté de l’état de santé”, lancée à France-Inter par Xavier Bertrand, candidat LR. “La présidence verticale ne fonctionne pas, il faut utiliser les relais de confiance”, a attaqué Valérie Pécresse sur CNews.

Laisser un commentaire