Qui est Alexia Cassar, la tatoueuse qui redessine la poitrine féminine ?







© Henrik Purienne pour Vogue Paris


Alors qu’il y a environ 60 000 nouveaux cas de cancer du sein chaque année en France, Alexia Kassar consacre sa vie à apporter un soulagement aux femmes et aux hommes qui ont souffert de cette maladie, en les aidant à retrouver leur corps et leur image grâce aux tatouages. Ancienne chercheuse en cancérologie, elle décide de se reconvertir et d’ouvrir en 2017 The Tétons Tattoo Shop – le premier du genre à apparaître en France – dédié à la reconstruction mammaire. D’un point de vue pratique, la jeune femme travaille directement sur les cicatrices de ses clientes pour réaliser ce qu’on appelle un tatouage de mamelon en trois dimensions, c’est-à-dire reproduire au plus près la réalité d’un mamelon et de son mamelon. Rencontrer.






© Fourni par Vogue


Comment avez-vous été intéressé par les tatouages ​​​​reconstructeurs?

Alexia Kassar : « Je travaille depuis un peu plus de 15 ans sur le développement de thérapies contre le cancer. Quand elle avait dix mois, ma fille a reçu un diagnostic de leucémie, ce qui a été un énorme choc. En 2014-2015, j’ai découvert le travail d’un tatoueur américain spécialisé dans les tatouages ​​3D des tétons : ce fut une révélation.

Comment vous êtes-vous entraîné ?

Il m’a fallu deux ans de formation pour monter ce projet et ouvrir mon propre institut de tatouage dédié au post-cancer. De plus, il n’existe pas de diplôme reconnu ou de formation longue et satisfaisante en France et en Europe élargie. La seule éducation de qualité se trouve aux États-Unis et elle est malheureusement très difficile d’accès. Il faut aussi être très prudent car cette pratique peut être opérée par n’importe qui, sans exigence de qualité ni de compétence suffisante.

“Le point fort de ce tatouage est son réalisme. “On peut reproduire le volume, la couleur, la forme, les petits détails du mamelon et de son mamelon pour faire tout ce qui ressemble à un sein qui n’a pas été opéré.”

Qu’est-ce qu’un tatouage de reconstruction exactement ?

C’est une technique qui complète ce qui existe déjà. Il existe une autre technique de tatouage utilisée par les médecins et certains professionnels de la beauté pour reconstruire le mamelon et le mamelon après une ablation du sein. Ils utilisent des colorants de maquillage permanents, mais ils ne sont pas durables.

Alors, le tatouage reconstructif offre-t-il quelque chose de définitif ?

Sûr. Cette technique utilise de l’encre et non des colorants. Le tatouage réalisé est donc définitif et n’a pas besoin d’être répété à intervalles réguliers. Il offre également plus de réalisme car on peut reproduire le volume, la couleur, la forme, les petits détails du mamelon et du mamelon pour faire tout ce qui ressemble au sein qui n’a pas été opéré.

Comment entrer en contact avec vos clients ?

J’ai créé mon site internet qui explique la technique de ce tatouage puis je passe du temps, étape par étape, avec chaque client, à identifier ses besoins. Il faut d’abord attendre un bon moment après la dernière intervention chirurgicale avant de faire ce tatouage : les seins doivent être fermes et la peau ne doit plus être abîmée par la radiothérapie. Si intéressée, la personne devra m’indiquer la date de sa dernière intervention et m’envoyer quelques photos. C’est la même procédure pour les personnes qui veulent un tatouage décoratif pour couvrir une cicatrice de mastectomie.

Combien de personnes avez-vous aidé depuis que vous avez ouvert votre salon de tatouage ?

Depuis que j’ai ouvert The Tétons Tattoo Shop en septembre 2017, j’ai pu soutenir et aider environ 800 personnes, dont une dizaine d’hommes, car le cancer du sein n’affecte pas que les femmes. A part un peu, il n’y a pas de soutien financier pour ce type de tatouage. Cela fait partie du combat que je mène : faire connaître cette technique comme quelque chose d’essentiel et trouver des financements pour que les femmes et les hommes puissent y accéder.

Qu’est-ce qui vous motive tant dans ce métier ?

Des histoires personnelles, qui sont importantes. Imaginez passer deux ou trois heures avec chaque personne. Cela me donne le temps de réaliser le bouleversement que le cancer a apporté dans leur vie. Je mentionne souvent un de mes clients qui est devenu un peu ma muse. Pendant sept ans, elle n’a pas pu se regarder dans le miroir. J’ai commencé par tatouer son mamelon et ensuite parer chaque cicatrice. On comprend ici l’importance de ce geste, de cette technique de tatouage”.

* En raison de la crise COVID et des incertitudes sanitaires, l’activité de The Tétons Tattoo Shop a été suspendue pour le moment. Une réorganisation des modalités d’accueil est en cours, les rendez-vous ne seront plus assurés en région parisienne mais en région PACA uniquement à partir de l’automne 2021.

A lire aussi sur Vogue.fr :

Ces marques nient officiellement la fourrure animale

Simone Rocha revient sur 10 ans de création célébrant les femmes

Pointu et responsable, voici le manteau ultime dans lequel investir cet automne

Laisser un commentaire