les causes et le traitement de cette affliction quotidienne



Chez les femmes préménopausées, le cycle menstruel est divisé en deux parties. Dans la première partie, l’endomètre normal s’épaissit. Autrement dit, ses cellules prolifèrent pour s’adapter à un embryon en cas de fécondation. Sinon, ils sont vidés proprement et simplement en fin de cycle sous forme de règles. Pendant la ménopause, l’endomètre devient inactif.

Ainsi, l’épaississement de l’endomètre est un phénomène naturel et fonctionnel chez la femme. Cependant, dans des cas plus rares, vous pouvez remarquer un épaississement anormal de l’endomètre. C’est alors le signe d’une pathologie qui nécessite un traitement médical.

Endomètre graisseux : définition, causes et symptômes

Causes de l’épaississement anormal de l’endomètre

L’hypertrophie de l’endomètre est associée à un déséquilibre entre les deux principales hormones féminines, à savoir les œstrogènes et la progestérone. Plusieurs éléments peuvent être trouvés à la base de ce déséquilibre hormonal. Peut-être:

  • Embonpoint;
  • Syndrome des ovaires polykystiques ;
  • Diabète;
  • Hypertension;
  • Ménopause retardée.

Une hormonothérapie uniquement avec des œstrogènes qui remplace la ménopause peut également en être la cause. De même, il arrive que l’épaississement de la muqueuse utérine soit associé à un état précancéreux de l’organe. Elle peut survenir quel que soit l’âge, mais elle est plus fréquente après la ménopause. Il est donc recommandé de consulter un médecin dès l’apparition des symptômes.

Symptômes de muqueuse utérine épaisse

L’épaississement anormal de l’endomètre se manifeste principalement par des saignements anormaux. Cela s’applique aussi bien aux femmes ménopausées qu’aux femmes préménopausées. Une autre manifestation de la pathologie est l’abondance des règles et leur durée (très longue). Ces symptômes sont principalement accompagnés de pertes vaginales et de douleurs abdominales basses. Bien que ces symptômes puissent être dus à un trouble bénin, il est préférable de consulter rapidement un gynécologue pour s’en assurer et écarter tout signe d’une éventuelle pathologie grave.

Comment faire face à un épaississement anormal de l’endomètre ?

Le traitement de l’hypertrophie de l’endomètre varie en fonction de la cause. Pour poser un diagnostic, un médecin a souvent besoin de l’âge de la patiente, de l’épaisseur de l’endomètre et du type d’hyperplasie. Par définition, l’hyperplasie est une augmentation réversible de la taille d’une cellule. Cette augmentation est liée à la taille et au nombre de composants de la cellule. Dans le cas de l’hypertrophie de l’endomètre, il existe deux types d’hyperplasie :

  • Hyperplasie sans atypie : elles sont généralement bénignes et guérissent souvent spontanément.
  • Hyperplasie atypique : caractérisée par des anomalies structurelles et cellulaires. Sans traitement approprié, le risque de développer un cancer de l’endomètre est élevé.

Parfois, tout ce qui est nécessaire est un simple traitement à base de progestérone pour corriger l’épaississement de l’endomètre. La méthode chirurgicale est la plus utilisée lorsqu’il existe un risque de cancer. Chez les femmes ménopausées, une ablation de l’utérus ou une hystérectomie est souvent réalisée.

Prévenir l’hypertrophie de l’endomètre

Bien qu’il n’existe aucune mesure standard pour prévenir l’épaississement de l’endomètre, les femmes peuvent tout de même réduire le risque en prenant les mesures suivantes :

  • Maintenir un poids santé, car l’obésité est un facteur de risque majeur.
  • Pratiquez une activité physique régulière. Plusieurs études montrent que l’exercice régulier réduit le risque de développer une hypertrophie de l’endomètre.
  • Obtenez une hormonothérapie appropriée.
  • Suivez autant que possible un régime anti-cancer. Il s’agit de la consommation d’aliments biologiques et sans ingrédients industriels.

Il est important de consulter rapidement un médecin si vous avez des saignements vaginaux normaux. De plus, des examens pelviens réguliers sont recommandés, au cours desquels le médecin examinera le vagin, l’utérus, les ovaires et la vessie.

Le cancer de l’endomètre peut être testé

Comme pour de nombreux problèmes de santé, les médecins ne peuvent laisser ce cancer de côté. Ce qui affecte l’endomètre est assez fréquent dans le domaine gynécologique. En effet, il occupe la deuxième place et près de 7 000 nouveaux cas sont détectés chaque année. Les femmes doivent donc être étroitement surveillées pendant les mois pour surveiller leur système reproducteur.

  • C’est un cancer qui se développe à l’intérieur de l’utérus et les cellules ont tendance à se multiplier anormalement.Les
  • Dans la plupart des cas, il est diagnostiqué après la ménopause et touche moins de 15 % des femmes préménopausées.
  • En conséquence, 5% des femmes infectées ont moins de 40 ans.
  • Comme vous l’avez peut-être remarqué, le cancer est en augmentation en raison de niveaux excessivement élevés d’œstrogènes.
  • Le déséquilibre est alors là et l’endomètre ne peut pas rétablir cet équilibre alors que les ovaires produisent de la progestérone et des œstrogènes.

Le gynécologue doit faire un examen approfondi, notamment pour en connaître les causes puisque les hormones ne sont pas toujours responsables. Une biopsie de l’endomètre est également nécessaire pour valider la thèse sur le cancer. C’est donc un laboratoire qui peut se charger de l’étude des prélèvements et si la maladie est avérée, ce professionnel de santé devra vous proposer un traitement médicamenteux adapté. Vous en savez désormais un peu plus sur les maladies qui peuvent affecter l’endomètre, qui reste essentiel pour les femmes.

Laisser un commentaire