Le CBD en Belgique, c’est l’hypocrisie ultime : dans le tabac, oui, dans la tisane, non !


Faisons simple : le CBD est du cannabis « léger » qui contient beaucoup plus de molécules de cannabidiol (CBD) que de molécules de tétrahydrocannabinol, le fameux THC, que l’on trouve dans l’herbe ou la résine de cannabis et qui a un effet psychoactif.

Les produits CBD procurent un effet zen, relaxant et bien-être, sans planer. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) met même l’accent sur les effets thérapeutiques du CBD et ne voit aucun effet potentiellement dangereux.

En Belgique à l’heure actuelle, le CBD avec un niveau de THC inférieur à 0,2% n’est pas considéré comme psychotrope. Par conséquent, sa consommation est autorisée. Oui mais…

Retour en arrière

Avec l’essor du marché suisse et la découverte d’une norme européenne qui permet d’échanger du CBD avec une teneur en THC inférieure à 0,2%, nous voyons les magasins de CBD se développer comme les champignons qui vendent ce produit. Dans toutes sortes de variations, y compris les fleurs de CBD, pour fumer ou épuiser. L’offre se prépare, ils flirtent parfois trop avec l’image « cannabis » du produit, mais la demande est réelle (voir encadré) et la place financière est pleine.

Jusqu’au 11 avril 2019 : à cette date vient un document de l’Office fédéral des finances qui classe le CBD comme fumée de tabac. “Qui est soumis aux droits d’accise CBD sur le tabac, soit 53%, dénonce Yves Coonen, de la fédération belge du cannabis. Cela a rapporté plus d’un demi-million en six mois à l’État, car de nombreux petits magasins ont fermé leurs portes, car leurs produits en plomb sont devenus non rentables. Nous sommes toujours le seul pays au monde où l’on peut acheter une fleur de cannabis légère et la fumer mais pas la plonger dans l’eau chaude pour faire une tisane.», s’agace l’homme d’affaires qui dirige De Herborist, une entreprise qui propose des produits légaux à base de cannabis.

Selon l’Afsca, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire, les aliments ou compléments à base de cannabis sont interdits en Belgique, sauf exception pour chaque lot produit… Les magasins CBD sont contraints de vendre de l’huile de CBD comme “décorative” pour certains ou ” huile de massage” pour les autres avec la mention “Ne pas consommer”, la condition pour être considérée comme légale. “Cependant, nous avons beaucoup de gens qui viennent chez nous pour acheter ces huiles sur les conseils de leur médecin, pour leurs propriétés curatives.», regrette un vendeur chez Canna-House à Nivel qui «ne peut donner aucun conseil sur le pourcentage de CBD allant de 5 à 30% ni l’apport sublingual par exemple qui nous permet de profiter des effets relaxants de l’huile de CBD“.

Si on s’arrête à ce paradoxe… mais non : pour contourner la prescription et les préparations très coûteuses du juge effectuées par le pharmacien, on retrouve désormais des huiles de CBD en pharmacie, dès le 12 février. Lequel, pourquoi ? On ne sait pas vraiment… Même des compléments alimentaires comme Valdispro Cannabis Sativa, par exemple, contenant de l’huile de chanvre…

Résultat : le flou est total et “diabolise le produit», note Yves Coonen, d’autant plus qu’il s’agit de bouche à oreille, d’informations reçues sur Internet et de conseils pris en demi-teinte et qui prévalent toujours pour le choix des produits et leur usage individuel. Ami du Brabant wallon, nous avons décidé de prendre contact sans frais. , et notamment via la page Instagram autour de produits cosmétiques de qualité, pendant que vous vendez aux clients des liquides et huiles électroniques »que l’on a soigneusement choisi en aval, car on sait ce qu’on veut, on sait de quoi on parle même si… on ne peut pas en parler“, note, ironiquement, Vincent Lachenal, qui a démarré son entreprise avant 2019”.Il est vrai qu’il existe de nombreux grossistes, mais c’est tout l’intérêt des magasins CBD, c’est de proposer des produits sélectionnés selon notre propre cahier des charges où nous mettons la barre haute : la qualité, c’est notre carte de visite“, finit-il.

Mauvaise volonté des pouvoirs publics

La Belgique, quant à elle, qui dispose du climat et des terres idéaux pour la culture du cannabis, selon ValBiom, est loin derrière le marché prometteur des extraits et de l’huile à part entière aux États-Unis, au Canada ou au Royaume-Uni. ».qui va gagner le pari parce qu’ils sont organisés et se vend déjà beaucoup en EuropeEnfin, seul le taux de THC est contrôlé, la qualité des produits ne fait pas l’unanimité en ce qui concerne les huiles comme les fleurs…

Michel Hoggé, Eurotox, clichés la réticence des pouvoirs publics à aborder une question qui divise : “Les stéréotypes et les préjugés dès qu’on entend le mot cannabis sont encore très forts Résultats pour pallier l’absence de loi avant 2019, on a rapidement placé le CBD dans la législation tabac… à un manque total de transparence pour le publicOr. si des études ont confirmé son apport relaxant et son efficacité contre la douleur, il peut y avoir des effets secondaires :avec 57 médicaments classiques comme les antidépresseurs, les anticoagulants…

Eurotox participera également à une brochure gérée par Fares avec Modus Vivendi et l’Alfa Center. Qui apparaîtra dans quelques jours.

Qui consomme du CBD en Belgique ?

Le Calendrier d’Impact Drogues et Santé Sociale 2020 pour la Wallonie et Bruxelles-Capitale Lunettes sur le CBD. Globalement, 23,1% des Belges interrogés déclarent avoir déjà consommé des produits CBD et 21,3% au cours des 12 derniers mois. Les utilisateurs clairement plus récents de cannabis psychoactif déclarent avoir consommé du CBD au cours de leur vie ou au cours des 12 derniers mois. Cependant, les anciens utilisateurs et non-utilisateurs de cannabis psychoactif déclarent également en avoir consommé. Les raisons : curiosité (58 %) et relaxation (29,2 %) mais aussi raisons thérapeutiques (douleur physique : 38 %, sommeil : 16,4 %, anxiété : 17,5 %, nausées : 2,2 %, humeur : 4,3 %, arrêt/remplacement des psychotropes cannabis : 1,6 %). Et certains utilisateurs en ont consommé sur les conseils de leur médecin (3,8%).

Produits contenant du CBD

D’après les témoignages qui fleurissent, le CBD aiderait les personnes souffrant d’anxiété, de nausées, de maladies chroniques, inflammatoires (fibromyalgie), maladie de Parkinson, épilepsie, schizophrénie, eczéma… A consommer principalement sous forme de fleurs de CBD ou de rhubarbe soit évaporée soit prise par voie orale (mélangée avec de la nourriture ou injectée) ou sous forme d’huile. Cela dit, si vous pouvez le posséder, le fumer, ne pas l’avaler n’est pas légal (voir ci-contre).

Les magasins CBD proposent également des fluides électroniques pour l’échappement CBD. Il existe même du CBD pour apaiser la douleur des chiens !

Cependant, ces magasins ne peuvent plus proposer d’aliments contenant du CBD. En pratique, les utilisateurs commandent du chocolat, des chewing-gums, des boissons, des confiseries (bonbons, sucettes, cafés, etc.) sur des boutiques en ligne d’autres pays qui livrent en Belgique. L’ambiguïté concernant la réglementation du cannabis et l’impossibilité de déterminer immédiatement si le taux de THC est inférieur à 0,2% laissent cependant aux douanes le soin d’inspecter les emballages et les produits, y compris les emballages. Contient des fleurs et des huiles de CBD, bien qu’il indique qu’il s’agit d’un produit avec moins de 0,2% de THC. En pratique, ces contrôles sont rares.

Enfin, les cosmétiques qui utilisent du CBD (crèmes, shampoings, produits de douche, huiles de massage, etc.) sont de plus en plus prisés en massage contre la douleur, la peau sèche, l’inflammation, etc.

Ils sont légalement situés en Belgique.

Laisser un commentaire